Du graphisme

Du graphisme

Qui qu’a pas fait sa gymnastique?
Qui qu’a pris la pipe à pépé?

D’abord la maquette

«Gabarits », « spécimens », « patrons », « arrangements », « modèles », « échafaudages »…., les synonymes de l’activité de « maquette » sont tous trompeurs. La maquette, pour la presse et l’édition papier, c’est la future publication, avant qu’elle soit imprimée, dans le moindre détail, sans coquille ni faute d’orthographe, au signe près, au centième de millimètre près, il n’y a rien de plus précis. C’est le journal, le magazine, le livre, la publication, affiche, dépliant, album, tels qu’ils vont être, avec les indications de couleurs, rien n’est oublié, ou presque, c’est le futur « bon à tirer », sur le grand écran de l’ordinateur du maquettiste, c’est le « BAT » qui se retrouve sur l’ordinateur de l’imprimeur.

La maquette, avant qu’elle soit la maquette, c’est le travail de préparer la publication. C’est aussi et d’abord les idées, les esquisses, les textes trop longs, les images trop petites ou trop grandes, les schémas infographiques à réaliser à partir de chiffres incompréhensibles, complètement faux ou hors sujets, sans rapports entre eux, tout ça à renter dans un patron qui n’offre aucune souplesse, une page de journal est une page de journal et si tu mets cette grande photo, je passe ton texte au sabre en enlevant les trois quart de ton charabia… La maquette papier est souvent impitoyable. C’est une belle école de concision…

Pour le livre et pour internet c’est un peu plus souple. On a le loisir de s’étaler, on s’étale, on s’étale…

Le travail de conception de maquette pour des publications papier ou pour des sites internet est un métier que j’ai développé sur le tard. Il s’est parfois accompagné d’une activité d’illustration, il a quelquefois concerné des sites internet-  avec la volatilité qu’on connait à ce type de travaux, et je n’ai pas concernant cette activité autant de médailles et de références que pour le film d’animation ou le jeu vidéo, autant de production que pour le dessin et la peinture.

La maquette, le graphisme, le design ont néanmoins occupé une belle partie de existence professionnelle… et personnelle.

Deux  activités dans la durée représentent la plus grande part de cette occupation : la communication autour du travail de Sonia Bessa, mon épouse chanteuse franco brésilienne, et le travail de maquette pour l’hebdomadaire économique régional La lettre M. Pour ce deuxième et véritable emploi, la créativité fut inversement proportionnelle à celles de mes tâches pour promouvoir  la musique de ma compagne . Et bien entendu, le premier poste dans la presse fut carrément plus lucratif, pour ne pas dire alimentaire. Il est rare que dans nos contrées et à notre époque tellement normatives la créativité fasse une alliance pérenne avec l’argent, malgré toutes les logorrhées et contes de bisounours délirants prétendant le contraire. On peut gagner un peu d’argent avec des créations originales travaillées avec passion. On en gagnera beaucoup plus avec un travail routinier, standard, répétitif et souvent mentalement réducteur. Ce constat, sévère de mon point de vue pour notre organisation économique, sociale et culturelle ne m’empêche pas, au contraire, de toujours tenter de prendre du plaisir à ce type de tâche et de ne rien tenter qui puisse me faire renoncer au bonheur de m’y consacrer. Même dans le cadre d’une besogne dite « alimentaire ». J’y gagne en joie de vivre ce que j’y perd en confort et en sécurité.

En même temps l’illustration

Parfois les deux activités, maquette et illustration, vont de pair, notamment dans les parutions livresques. Une grande part de mon travail d’illustrateur, en images fixes ou animées, s’est faite en vidéo, et de ce fait, j’en ai perdu l’essentiel des traces, tant que le support n’était pas numérique. Les vidéos, avant l’arrivée du numérique, ne se conservaient pas. Par chance, j’ai aussi travaillé sur des supports physiques durables (papier, carton, celluloïd, bois…etc…) puis ensuite numériques.

Voici un petit récapitulatif de mes engagements les plus significatifs dans ces deux domaines souvent associés, maquette et illustration.

Visuel pour Sonia Bessa et son concert lecture « la frontière des vagues »
  • Depuis 1995 … graphismes et maquettes pour la chanteuse Sonia Bessa.
  • 2021 : en cours, un travail de maquette et de traitement des images autour d’un livre d’aquarelles de fleurs : « Mon année au jardin, le murmure des fleurs » d’Aline Palau Gazé
  • 2021 : Damien Larivière, chanteur compositeur, son dernier album « Nouveau monde ».
  • 2020 : Marie D., chanteuse et auteure, un visuel pour son spectacle « EnFin ! ».
  • 2020 : maquette et illustrations de « Perles de joie » un livre de poésie de Simone Rivier.
  • 2017 et 2019 : pour Patrick Vlaisloir, artiste peintre, un dépliant et un catalogue.
  • De janvier 2008 à mars 2018 : maquettiste presse et webmaster pour la Lettre M, journal économique en Occitanie .
  • 2015 : un livre pour les 100 ans de Jean Rivier, potier à Vallauris, « la vie commence tous les jours ».
  • 2014 – 2019 Collaborations avec François Milhiet et les éditions Tapuscrits. Visuels et maquettes de plusieurs livres.
  • 2006-2008 :  design web et communications pour la société Anshare.
  • 2005 – 2007 : design site web, affiches, visuels et communications pour la compagnie « Bagage d’acteurs »
  • 2006 : Design et illustrations pour le site de l’auteur journaliste Francis Zamponi
  • 2003 – 2005 :  Communications  pour « Les Musicales de St Martin » , « Embarquement Fraternel », «Safi » 
  • 1994 – 1995 : Pour la nouvelle bibliothèque nationale François Mitterrand à Paris Tolbiac, participation à l’exposition inaugurale “Tous les savoirs du monde » en  co-réalisant dix bornes interactives avec M Marc Nanard, chercheur au Lirmm et professeur à l’université des Sciences et au Cnam – A la même époque, visuels et communications pour le Lirmm à Montpellier
  • 1999 – 2019, visuels et communication pour l’association «  le Jardin des notes ».
  • 1998 Orchestre de création du Languedoc Kaliphonie
  • Entre 1983 et 1999, nombreux travaux d’illustrations fixes ou animées pour des vidéos, des interactifs, des jeux. Très peu de traces, à part dans la rubrique films. Parallèlement j’ai continué un travail de dessin, de peinture, livres d’artistes, qui eux ont un support physique, qui plus est reproductible.
  • 1983 : réalisation d’une série d’illustration pour le magazine « Transversal » du Centre Pompidou.
Maquette pour un album audio de l’Orchestre de Création du Languedoc, année 1995